MINI Cooper SE

MINI Cooper SE©Newspress
Les photos
MINI Cooper SE
28

publié le 3 septembre

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le groupe BMW aura pris le temps de la réflexion ! Entre le démonstrateur Mini E, proposé en leasing à une poignée de « cobayes », et cette toute première Mini 100 % électrique de série, il se sera écoulé... 10 ans ! À l'époque, Tesla n'avait pas encore lancé sa Model S, tandis que la Renault Zoe ne sortirait que trois ans plus tard. Pourquoi avoir autant patienté ? Sans doute parce que les dirigeants doutaient de la pertinence du tout-électrique. Aujourd'hui, poussé par la concurrence et les injonctions de Bruxelles, BMW n'a plus le choix ! Voici donc la Mini Cooper SE, première Mini « à piles » de l'histoire de la marque. Et force est de reconnaître qu'elle ne s'affiche pas vraiment. À part sa calandre obturée et ses touches de jaune, elle ne se démarque guère des versions thermiques.

La batterie en forme de T vient se glisser entre les sièges avant et sous la banquette arrière. Avantage : elle abaisse encore le centre de gravité, déjà au ras des pâquerettes, de la Mini. Elle alimente un moteur de 184 ch et 270 Nm entraînant les roues avant. Les performances annoncées sont attrayantes, avec un 0 à 60 km/h en 3,9 s et un 0 à 100 km/h en 7,3 s. La vitesse maxi est pour sa part bridée à 150 km/h afin d'éviter d'épuiser la batterie. Il faut dire que celle-ci affiche une capacité modeste : 32,6 kWh bruts, un peu moins en capacité utile (une telle batterie ne doit jamais être totalement déchargée). Du coup, Mini annonce une autonomie médiocre : de 235 à 270 km. Rappelons que la nouvelle Renault Zoe revendique pour sa part jusqu'à 395 km ! Heureusement, il sera possible de recharger à 50 kW sur des bornes publiques en courant continu. Notez que la Mini Cooper SE pèse 1 365 kg, soit 145 kg de plus qu'une Cooper S à boîte automatique comparable.

L'habitacle est virtuellement identique à celui des versions classiques, à son instrumentation numérique sur écran 5,5 pouces près. Le confort thermique est confié à une pompe à chaleur, moins énergivore qu'un système à résistances conventionnel. La Mini Cooper SE propose quatre modes de conduite (Sport, Mid, Green et Green+) et deux degrés de récupération d'énergie au freinage, pour plus ou moins de frein moteur.

Elle sera produite à Oxford, aux côtés des Mini thermiques, à partir des éléments motopropulseurs en provenance d'Allemagne. Sa commercialisation devrait débuter en fin d'année, à des tarifs inconnus... mais que l'on devine élevés, forcément.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.